Retour aux actualités

Commerce et urbanisme : Les attentes des commerçants pour revitaliser les centres-villes


revitalisation-centre-ville-commerce-france

Lors du Salon des Maires qui s’est déroulé la semaine dernière à Paris, Alain di Crescenzo, Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) France, a tiré la sonnette d’alarme sur la hausse de la vacance commerciale observée dans toutes les zones commerciales, en particulier dans les centres-villes. A l’occasion de cet événement, une étude réalisée conjointement avec le Conseil Français du Commerce a été présentée, mettant en lumière le rôle du commerce dans les territoires ainsi que les attentes des commerçants envers leurs élus locaux.

Les priorités des commerçants pour soutenir l’activité et l’attractivité du commerce

D’après cette enquête, les professionnels ont de fortes attentes vis-à-vis des élus locaux pour relancer l’attractivité des centres-villes et des zones commerciales. La première préoccupation est celle du stationnement – parmi les participants à l’étude provenant d’un panel complet de commerçants, 325 professionnels ont cité résoudre ce problème comme première priorité pour soutenir l’activité et l’attractivité dans les centres commerciaux.

Pour renforcer l’attractivité des centres-villes et soutenir l’activité commerciale sur leur territoire, il apparaît essentiel que les élus locaux prennent en compte les préoccupations exprimées par les professionnels du secteur. Des solutions variées doivent être mises en place, telles que :

  • La résolution des problèmes de parking
  • L’amélioration de l’accès aux transports publics
  • La mise en place un meilleur dialogue avec les élus locaux
  • La simplification des démarches administratives et réglementaires
  • La mise en place d’aides financières directes aux acteurs du commerce

Il est intéressant de noter que l’amélioration des transports publics, qui a été mise en avant ces dernières années par les élus locaux, est moins mentionnée par les commerçants. Par ailleurs, lorsqu’on leur demande quelles améliorations ils souhaitent voir apporter par les autorités publiques pour lutter contre la vacance commerciale, ils avancent plusieurs suggestions.

Lire aussi :   Malgré l'essor du digital, les Français préfèrent toujours réaliser leurs achats dans les commerces physiques plutôt qu'en ligne

Un besoin d’établir un dialogue plus étroit avec les élus locaux

La nécessité d’un dialogue renforcé avec les élus locaux revient fréquemment dans les réponses des commerçants, tout comme le souci de simplifier les démarches administratives et réglementaires ou encore d’apporter une aide financière directe aux acteurs du commerce. Parmi les personnes sondées, 28 % estiment qu’un dialogue renforcé permettrait de lutter plus efficacement contre la vacance commerciale.

Au niveau local, les commerçants privilégient les contacts institutionnels suivants pour leur activité :

  • Les associations de commerçants locaux
  • Les managers de centres-villes
  • Les chambres consulaires (Chambre de métiers, CCI, etc.)

Raisons du déclin commercial : la responsabilité partagée entre élus et commerçants

Au-delà de ces différentes attentes vis-à-vis des élus locaux, les commerçants restent toutefois conscients des raisons initiales de cette dégradation de la vacance commerciale, qu’ils n’imputent pas uniquement aux pouvoirs publics. En effet, la moitié des commerçants interrogés estiment qu’il est nécessaire de prolonger ou d’élargir le dispositif d’encadrement des loyers, qui ne concerne actuellement que les petites et moyennes entreprises du secteur du commerce et dont l’échéance est fixée après le premier trimestre 2024.

C’est grâce à une approche globale et concertée, impliquant à la fois les pouvoirs publics et les acteurs du commerce, qu’il sera possible de soutenir efficacement la revitalisation des centres-villes en France.

Retour aux actualités